Histoire

                                                                  

 

Stavelot est une des plus anciennes villes de Belgique. 
Sa fondation remonte à 648   lorsque Saint Remacle, moine   
limousin, fut chargé par Sigebert, Roi des Francs, de 
l'évangélisation d'une région de l'Ardenne.





L'Abbaye double de Stavelot-Malmedy eut un rayonnement spirituel et politique important tout au long du Moyen Age.  Erigée en principauté ecclésiastique rattachée au Saint Empire Romain, son chef portait le titre de Prince-Abbé. Elle disposa pendant plus de 1000 ans de la souveraineté d'Etat.



C'est au VIIe siècle que le fils du roi Dagobert, Sigebert III, confia à l'abbé Remacle la mission d'évangéliser les forêts de l'Ardenne.
Un diplôme royal, datant du 6 septembre 670, décrit l'endroit comme un lieu sauvage s'étendant sur +/- 45km.
Au travers des siècles, 70 abbés vont se succéder à la tête de cette abbaye bénédictine, dont 4 qui se distingueront particulièrement : Saint-Remacle, fondateur des abbayes de Stavelot et Malmedy, Saint-Poppon, qui fut à l'origine de la grande église abbatiale, Wibald, homme politique et diplomate et enfin le prince-abbé Guillaume de Manderscheidt qui, après une période troublée, donna un nouvel éclat à la Principauté de Stavelot-Malmedy. Située entre les vallées du Rhin et de la Meuse, cette double abbaye fut propice au recueillement et allait connaître pendant des siècles un épanouissement remarquable. 

La Révolution française de 1789 sonnera le glas de cette faste période, l'abbaye est abandonnée par les religieux et les bâtiments sont pillés et détruits. Après 11 siècles de vie moniale, l'abbaye est vendue et transformée en hospice.

Par le Congrès de Vienne en 1815, Stavelot se voit rattaché aux Pays-Bas et puis au Royaume de Belgique tandis que Malmedy entrait dans le giron de la Prusse. En 1896, la ville de Stavelot racheta une partie de ces bâtiments pour y installer son administration. Tout au long du 19e siècle, la ville va prospérer, les tanneries occuperont quelques centaines d'ouvriers. L'urbanisme se développera et la cité verra la pose de deux lignes de chemin de fer.Dans la nuit du 13 au 14 juillet 1944, un avion américain en détresse perd accidentellement des bombes au phosphore; une partie de la ville est incendiée et complètement déruite.

Le 12 septembre 1944, les soldats de la 1ère armée US libèrent la ville mais le 18 décembre, alors que Von Rundstedt tente une percée sur le front des Ardennes, les Waffen-SS reviennent et sèment à nouveau la terreur ! Cent trente-six civils, femmes, enfants et vieillards seriont lâchement assassinés durant l'hiver 1944-1945. Les deux villes soeurs eurent à souffrir terriblement de l'offensive des Ardennes (1944).
La cité de Saint-Remacle se rélève en reconstruisant ses maisons, ses quartiers... Les nombreuses tanneries, si prospères aux 18e et 19e siècles, sont démolies. 
En 1995, la Région Wallonne devient propriétaire de l'ancienne Abbaye de Stavelot et, après y avoir investi plus de 12 millions d'euros, met en place, un "Centre d'Interprétation moderne" avec différents musées sur l'histoire locale.

De superbes fermes, avec corps de logis et étables, ont remarquablement été conservée ou restaurées. Stavelot compte, par ailleurs, plus de 50 immeublés classés au Patrimoine des Monuments et Sites.
Classée ville historique depuis 1976, Stavelot est célèbre pour ses nombreuses manifestations culturelles et folkloriques.
Des festivals de théâtre et de musique de chambre s'y déroulent en juillet et août de chaque année.
A la sortie de l'hiver, à l'occasion du "Laetare", escortant leurs chars à confetti, les célèbres Blancs Moussis taquinenent la populaition et le public venu en nombre pour cet événement.
                                                               

L'ancienne Abbaye, la cascade de Coo, le parc d'attractions "Plopsa Coo" et le célèbre circuit automobile de Spa-Francorchamps, réputé être le plus beau du monde, sont les pôles touristiques majoeurs de Stavelot.

                    
      





Les armoiries de Stavelot, issues du sceau des princes-abbés du 17ème siècle, furent accordées à deux reprises :
le 24 novembre 1819 et le 14 novembre 1921. La première fois, elles furent octroyées aux couleurs hollandaises de sable et d'azur (or et bleu)
et en 1921 modifiées telles qu'elles apparaissent aujourd'hui.
Dans la moitié supérieure figure St-Remacle, fondateur de l'Abbaye. La partie inférieure représente
le loup bâté portant des pierres dans deux paniers et dont l'origine est contée dans la légende relative à la construction de l'édifice religieux.